Quand un débutant peut-il lire en arabe sans voyelles ? (Itinéraire d’un arabophone)

Quand et comment peut-on commencer à lire sans voyelles en arabe ?

Les méthodes “modernes”, telles que les Tomes de Médine, sont-elles vraiment efficaces et tiennent-elles leurs promesses ?

Quelles sont les conditions nécessaires pour pouvoir lire sans voyelles ?

La tendance actuelle 

Voyant les écrits en arabe sans voyelles, dans les livres, à la télévision et sur les affiches, un débutant en arabe aspire à lire le plus rapidement possible sans avoir recours aux voyelles.

De plus, cette tendance est renforcée par plusieurs articles qui prétendent qu’on peut lire sans voyelles.

Par ailleurs, les méthodes modernes les plus répandues fournissent des textes non-vocalisés, et ce, dès les premières leçons. 

Vérifions alors si une lecture sans voyelles est réellement possible pour un débutant.  

L’itinéraire d’un étudiant dans le monde arabe

Examinons les méthodes de lecture pratiquées dans le monde arabe.

Autrement dit, suivons l’itinéraire que parcourt un arabophone avant d’arriver à lire sans voyelles.

Vers l’âge de 4 ou 5 ans, l’enfant rejoint un jardin d’enfants où il commence à apprendre à lire et à écrire.

Il apprend en même temps des chapitres du Coran, des paroles du Prophète (saws) et des poèmes.

Ayant maîtrisé la lecture et l’écriture, et ayant déjà mémorisé suffisamment de vocabulaire, l’enfant rejoint l’école primaire.

C’est seulement en troisième année, à l’âge de neuf ans, qu’il commence à apprendre à lire sans vocalisation, mais seulement comme exercice.

En effet, l’élève, avant d’entrer en 3e année, a déjà étudié environ 400 textes vocalisés dans la matière de la langue arabe.

Sans oublier que chaque jour, il étudie 4 heures en arabe, d’autres matières scolaires, comme l’Histoire, la géographie, les mathématiques, et les sciences.

Malgré tout cela, il attend jusqu’à la troisième année avant de commencer à s’exercer à une lecture sans voyelles.

Cet exercice se fait par le biais de 30 textes qu’il reçoit chaque année pour les vocaliser, et ce, jusqu’au baccalauréat.

Mais il continue toujours d’étudier des textes vocalisés, accompagnés d’exercices de vocabulaire, d’orthographe, de conjugaison, d’étymologie, de grammaire, de compréhension et enfin, de rédaction.

Cela étant dit, n’oublions pas qu’un enfant arabophone entend l’arabe dialectal et l’arabe littéraire depuis sa naissance.

Remarquons que, lorsqu’il arrive au jardin d’enfants, il parle déjà le dialecte.

Le dialecte étant une forme orale et adaptée de la langue arabe, l’enfant a donc déjà suffisamment de vocabulaire.

Autrement dit, il maîtrise oralement beaucoup de mots ainsi que leur vocalisation, tout simplement parce qu’il les utilise oralement au quotidien.

De plus, il regarde la télévision, écoute la radio et fréquente la mosquée, ce qui veut dire qu’il entend beaucoup d’arabe littéraire.

Cela lui permet déjà de connaître la vocalisation exacte de ces mots, et d’assimiler intuitivement l’essentiel des règles de la conjugaison et de la grammaire qui régissent la langue arabe, sans avoir besoin de les étudier.

Conclusion

Vu ce parcours, et sachant que cet enfant a tout de même besoin d’étudier les textes vocalisés jusqu’au baccalauréat, et de s’exercer à la vocalisation à partir de la troisième primaire, nous voyons bien qu’il n’est pas réaliste de prétendre qu’un débutant peut étudier l’arabe d’une manière efficace sans vocalisation.

Mais de nombreux étudiants disent malgré tout qu’ils savent lire en arabe.

Pourtant, ils commettent énormément d’erreurs, et un simple examen par un professeur expérimenté révélera énormément de lacunes en la matière.

Cela revient à un grand manque de vocabulaire et de connaissances dans les règles essentielles en orthographe, conjugaison, étymologie et grammaire.

Il est donc clair que cette pratique millénaire dans le monde arabe est bien fondée. C’est pourquoi notre méthode est intégralement vocalisée, durant les 7 premiers niveaux.

Dans l’article « Quand peut-on lire sans voyelles : Arguments linguistiques », vous trouverez les arguments irréfutables de la nécessité d’étudier des textes vocalisés au moins jusqu’à maîtriser un niveau avancé.

Cela vous permettra de comprendre pourquoi la culture arabe a conservé cette méthode traditionnelle dans l’apprentissage de la langue arabe. 

Quelques sources vocalisées pour lire et apprendre l’arabe littéraire :

 

 

Par l’équipe de Trésor Educatif (25 septembre 2017)

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire