Poésie sur l’insatisfaction perpétuelle

Petit conte qui fait sourire…

Naïveté

 Un jour, au sortir de l’école,

J’aperçois un enfant qui crie et se désole.

 

Je m’approche de lui : « Mon petit, qu’avez-vous ?

— Ah ! j’ai l’âme bien chagrinée,

Me dit-il : j’ai perdu la pièce de dix sous

Que ma mère m’avait donnée.

 

Cessez, mon bon ami, de vous désespérer;

C’est un petit malheur facile à réparer.

Tenez, prenez cette autre pièce. »

L’enfant sourit d’abord, puis reprit sa tristesse.

 

« Eh bien ! qu’avez-vous donc ? Encore du chagrin ?

Eh ! mais, monsieur, dit-il, voici pourquoi je pleure :

Si je n’avais pas tout à l’heure

Perdu dix sous, j’en aurais vingt. »

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire